L'Agriculteur Charentais 18 décembre 2014 à 08h00 | Par Sébastien Arnould

Utilitaires : Pick-up 2 RM, le véhicule de proximité

Le pick-up deux roues motrices est une alternative aux pick-up 4x4 et aux fourgonnettes classiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La facilité de chargement de la benne est un point fort du pick-up par rapport à la fourgonnette tôlée. Appréciés des paysagistes, des maçons et des collectivités, les pick-up deux roues motrices ont aussi leur place dans les exploitations agricoles et viticoles. Pour transporter des outils, des matériaux ou des aliments en vrac, en sac, ou en big-bag, la benne est bien plus pratique que la caisse tôlée d’une fourgonnette. Pour les longs trajets, il faudra cependant bien arrimer les marchandises et les protéger par temps de pluie ! Ce qui fait du pick-up un parfait « véhicule de proximité », idéal sur les petits trajets. Le prix d’achat et les frais de fonctionnement d’un 4x2 sont bien inférieurs à ceux des 4x4 , surtout s’ils sont bâtis sur une mécanique de camionnette.

Isuzu, sur base de 4x4
Isuzu est le seul constructeur de 4x4 à proposer une version deux roues motrices de ses véhicules D-Max. Version d’entrée de gamme à prix contenu, cette déclinaison 4x2 conserve le châssis, le moteur de 163 ch et les trains roulants des « gros » 4x4. Robustesse et capacité de charge sont donc à l’avenant. Par contre, la version deux roues motrices n’est disponible qu’en version simple cabine.Pour 2700 euros de moins, le D-Max 4x2 emporte donc 800 kg dans la benne de 3,6 m² (1000 kg en 4x4) et peut tracter 2,5 t (3,5 t en 4x4). La transmission aux seules roues arrière, ainsi que la suppression d’une lame de ressort (4 lames sur la version 4x2), expliquent les moindres capacités de charge. Enfin, les jantes 16 pouces sont remplacées par des jantes 15 pouces tôlées, ce qui réduit la garde au sol… et le prix. Le D-Max 4x2 est affiché à 15 900 euros sans climatisation. Le gabarit et la mécanique étant identiques sur les deux versions, les coûts de fonctionnement sont comparables : la version deux roues motrices permet seulement d’économiser 0,5 l/100 km de carburant.

Fiat, le pionnier du petit pick-up
Fiat propose un pick-up bâti sur une architecture de camionnette, avec le Strada. Plus léger, petit et maniable qu’un 4x4, le Strada propose tout de même trois cabines : simple, mixte ou double avec de véritables sièges passagers. Attention à bien connaître l’usage du véhicule au moment du choix, car la version double cabine ne laisse pas beaucoup de place dans la benne ! Avec une charge utile de 705 kg en version Working (simple cabine), le Strada n’emporte que 25 kg de moins dans sa benne qu’un Toyota Hilux ! Par contre, son gabarit ne lui permet pas de tracter plus de 1000 kg freinés. La benne arrière de la version simple cabine fait la taille d’une benne de 4x4 double cabine, soit 2,2 m². En double cabine, la surface chute à 1,3 m².Le moteur diesel de 95 ch consomme 5,3 l/100 km en consommation mixte et le Strada est affiché à 15 000 euros au tarif 2014, pour la moins chère des six versions proposées.

Kollé transforme les Dacia
Dacia ne propose plus sa Logan pick-up, mais s’appuie sur un carrossier pour assurer la transformation de la fourgonnette Dokker en pick-up. En plus de la version standard traction deux roues motrices, le Dokker pick-up est disponible en version « motricité renforcée », avec différentiel à glissement limité pour améliorer l’adhérence en conditions difficiles, des pneus spécifiques et une suspension revue pour augmenter la garde au sol, et une protection complète sous le châssis. Le bac intérieur de la benne est entièrement étanche et permet de charger 750 kg, sur une surface de 2,7 m². Originalité héritée de la camionnette, les portes arrières de la benne sont asymétriques, et s’ouvrent donc de chaque côté ! Le Dokker pick-up est affiché à 10 000 euros dans sa version la moins chère.Kollé assure aussi la transformation du Kangoo en pick-up, avec l’avantage de disposer de 3 places en cabine et d’une version électrique. Le Kangoo pick-up est annoncé à 13 000 euros.

Lire le dossier complet dans notre édition du 19 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui