L'Agriculteur Charentais 03 septembre 2015 à 08h00 | Par Ludovic Vimond

Vendanges 2015 : De la récolte aux chais, quelques conseils

Elles s’annoncent dans la région délimitée. Bien la préparer semble une évidence, mais les techniciens préfèrent rappeler leurs conseils.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © L. Vimond

Lors des vendanges, certaines coopératives ont mis en place un tonnage journalier attitré par viticulteur pour limiter les afflux massifs lors des horaires d’ouverture pour chaque cépage, mais aussi pour ne pas voir arriver de la vendange manquant de fraîcheur à l’ouverture. «Cela fait naître un nouveau besoin, explique Alexandre Colmart, de New Holland : celui de la pesée embarquée sur les machines à vendanger. Nous travaillons dessus depuis trois ans, avec pour objectif une marge d’erreur inférieure à 3 %. Deux prototypes ont déjà tourné et seront rejoints par cinq autres pour les vendanges, en vue d’une commercialisation prochaine. Pour une question de facilité technique, cette pesée s’effectue non pas en continu mais à l’arrêt, le conducteur appuyant sur un interrupteur pour peser, juste avant de benner dans les remorques. Cela lui permet de savoir où il en est dans les livraisons et de s’arrêter à temps.» Mais il n’y a pas que les coopérateurs qui sont intéressés par cette solution. Les vignerons indépendants le sont également. En fonction de la quantité récoltée et des contenances des cuves, le vigneron au volant de la machine à vendanger peut estimer où en est le remplissage des différentes cuves. Cela peut lui éviter de commencer à remplir une nouvelle cuve, qui l’obligera à terminer à la nuit tombée et à devoir des heures supplémentaires à ses salariés.

Travail de nuit
De plus en plus de viticulteurs vendangent la nuit, pour les blancs et les rosés, afin de récolter plus frais et économiser en refroidissement au chai. Sur les machines à vendanger, la mise à l’aplomb automatique de la machine et l’autoguidage par palpeurs aident à la conduite nocturne. Ces systèmes fonctionnent bien dans des vignes bien droites. En revanche, dans les vieilles vignes, éventuellement un peu couchées par le vent, c’est plus délicat. Dans cette situation, l’autoguidage par GPS, voire optique, pourrait à l’avenir pallier ce problème et délester complètement le chauffeur de la conduite, qui occupe aujourd’hui 50 à 60 % de son attention. En outre, sur les machines New Holland, le système RTS dessine sur l’écran Intelliview les rangs qui sont récoltés. Un bon moyen de ne pas oublier de rangs, surtout de nuit dans les cépages blancs.

Des contraintes de main-d’oeuvre
Face à une main-d’œuvre qualifiée de plus en plus rare, la tendance est aussi à une automatisation de plus en plus importante. Il faut aujourd’hui pouvoir proposer plusieurs niveaux de réglage. Un premier niveau où le chauffeur ne touche pas au terminal et rappelle juste les réglages mis en place l’année précédente dans cette même parcelle. Un second niveau dans lequel un chauffeur plus expérimenté va intervenir sur les réglages. Et un troisième niveau, avec une planification d’un nombre d’hectares à récolter sur une plage d’heures et un graphique qui indique au chauffeur s’il est dans les temps, en avance ou en retard.
À l’avenir, des solutions encore plus automatisées sont envisageables, avec pourquoi pas une machine qui propose elle-même des solutions de réglages, comme augmenter l’aspiration lorsque les caméras détectent plus de feuilles. Cela existe déjà en grandes cultures.

Lire l'ensemble du dossier Feuille & Viti : de la réception à l'hygiène des cuves dans notre édition du 4 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui