L'Agriculteur Charentais 31 octobre 2013 à 08h00 | Par Catherine Longueville

Vendée - Un nouveau salon de l’innovation en élevage

Conférences, de shows machines et de concours d’animaux des races charolaise, laitières et caprines avec le salon Tech’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Pillaud, président du pôle élevage de la Chambre d’agriculture. «Nous avons rassemblé tous les filières de l’élevage pour donner des perspectives aux éleveurs. »
Hervé Pillaud, président du pôle élevage de la Chambre d’agriculture. «Nous avons rassemblé tous les filières de l’élevage pour donner des perspectives aux éleveurs. » - © VA

«L’élevage traverse une situation difficile et a besoin d’un nouveau souffle et de perspectives positives. Ce salon professionnel dédié aux innovations en élevage se veut tourné vers l’avenir pour attirer de jeunes vocations. » En quelques mots, Hervé Pillaud, président du pôle élevage de la Chambre d’agriculture de Vendée a délivré mardi devant la presse les contours du nouveau salon Tech’élevage trois semaines avant son lever de rideau. L’ambition de la Chambre d’agriculture vendée est bien de projeter les éleveurs dans le futur. «Il ne faut pas craindre les nouvelles technologies » observe le producteur de lait des Moutiers-sur-Lay. «En 1976, quand les premiers distributeurs de concentrés ont été créés, on n’imaginait pas que trois ans après on les trouverait dans les élevages.» Après le mois de l’innovation en juin dernier orienté dans les exploitations, la Chambre d’agriculture propose de projeter cet automne dans un salon couvert les projecteurs sur les innovations dans les bâtiments, la robotique, le monotoring, la génétique, la distribution des aliments, la conduite des engins agricoles, les technologies pour la traçabilité des animaux comme l’identification électronique.

La vitrine de l’élevage
Ce salon offre une vitrine, et c’est une nouveauté, à toutes les productions. La page du salon régional charolais de l’arc Atlantique et des concours laitiers à la foire exposition est tournée pour rassembler toutes les filières sous un seul chapiteau et à une même date. Les bovins lait et viande, les veaux de boucherie, l’aviculture, la cuniculture, les porcs, les ovins et les caprins. Pour chacune de ses filières, des présentations d’innovations, et des démonstrations de matériel seront réalisées pour illustrer 18 conférences.

Près de 800 animaux
Les sélectionneurs en race charolaise, prim’holstein, montbéliarde et caprines ne seront pas en reste. Ils tiendront leurs concours respectifs durant les trois jours. «Nous sommes plus que satisfaits» souligne Philippe Charrier, ingénieur d’Atlantic conseil élevage qui coordonne les concours laitiers. «Nous avons plus d’inscrits que dans le cadre de la foire exposition l’an dernier. Même les éleveurs caprins se mobilisent.»  Côté charolais, les éleveurs habitués à leur salon suivent le mouvement avec 400 jeunes et adultes. «Les nouveautés bousculent les habitudes et nous aurions pu susciter des réticences, mais les éleveurs et les exposants ont envie de participer à ce nouveau salon» relève Hervé Pillaud. Les exposants répartis dans les deux halls et les animaux sous quatre chapiteaux devront se serrer les coudes. Pas moins de 120 exposants de Vendée mais également de Loire Atlantique, des Deux-Sèvres, du Maine-et Loire et de Charente-Maritime ont réservé un stand. «Nous espérons accueillir 5000 visiteurs» indique Hervé Pillaud. Parmi eux, les jeunes sont les bienvenus. Un pôle formation et emploi les attend. Et  le responsable de l’élevage à la Chambre d’agriculture de relever : «leur donner une part de rêve fait aussi partie de notre ambition.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui