L'Agriculteur Charentais 29 décembre 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Vers un nouveau rapport «nourri-nourricier» ?

L'émergence des mouvements «anti», des régimes d'éviction, d'intolérances ou d'allergies est un fait à prendre au sérieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P.Cronenberger

Mesurer ce phénomène et reconsidérer certaines pratiques, c'est ce qu'ont essayé d'entreprendre chercheurs, journalistes et citoyens le temps d'un colloque, organisé le mardi 22 novembre, par l'Observatoire des habitudes alimentaires. Qu'il est devenu compliqué de parler «alimentation» sans risquer de froisser pour ne pas dire choquer une ou plusieurs franges de la population, devenue totalement réactionnaire sur le sujet. La poussée des mouvements tels que les anti-viandes ou anti-gluten, oblige à nous réinterroger sur le rapport que nous entretenons avec le système dans sa globalité. L'approche alimentaire représente une porte d'entrée centrale car elle cristallise de manière directe notre rapport au monde. Les produits de la terre ingérés par l'homme, en plus de leurs propriétés nutritives, composent une valeur hautement symbolique. Mais quel devenir donner à la relation nourri-nourricier ? Les inquiétudes alimentaires progressent de jour en jour dans nos sociétés toujours plus modernes.

Lire l'ensemble du dossier "Demain" publié dans notre édition papier du 23 décembre: la transparence, levier économique, après l'alcoolisme, le tabagisme arrive le carnivorisme, le rôle des protéines animales ...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.