L'Agriculteur Charentais 09 mars 2017 à 08h00 | Par Pascal Berteau

Viande bovine : La dynamique bovine

Les nouvelles relations commerciales au menu de l’assemblée générale de la section bovine FNSEA 17.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La section bovine de la FNSEA 17 a parlé circuit-courts avec le groupe Coop Atlantique et actualité syndicale FNB.
La section bovine de la FNSEA 17 a parlé circuit-courts avec le groupe Coop Atlantique et actualité syndicale FNB. - © FNSEA17

«Le cœur de gamme, vous l’avez déjà en Charente-Maritime par vos relations commerciales avec les enseignes Leclerc et Magasins U», c’est par ces mots que Cédric Mandin, éleveur vendéen tout nouveau secrétaire général de la Fédération Nationale Bovine a introduit l’assemblée générale de la section bovine FNSEA 1, le 22 février à Saintes. Pas moins d’une quarantaine d’éleveurs a répondu présent signe d’une bonne vitalité de cette filière dans le département. Cette journée riche en échanges s’est partagée en deux thèmes : le matin avec la présentation du partenariat engagé depuis un an entre la filière bovine FNSEA 17 et le groupe Coop Atlantique pour l’approvisionnement d’animaux de boucherie. Ce projet actuellement discuté pour créer un cahier des charges en circuit court entre les éleveurs et la coopérative de consommateurs doit profiter à tous.

Lire la suite dans notre édition papier du 3 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).