L'Agriculteur Charentais 29 décembre 2016 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Viande Bovine : «On a construit, reste à formaliser»

Nouvelle étape dans le partenariat entre Coop Atlantique et des éleveurs FNSEA17/JA17.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Julien Rouger, Pascal Berteau, Janyck Gachet, Bruno Caillaud, Wilfried Boisson pour une première visite sur l’exploitation, à Ste Gemme.
Julien Rouger, Pascal Berteau, Janyck Gachet, Bruno Caillaud, Wilfried Boisson pour une première visite sur l’exploitation, à Ste Gemme. - © AC

Au fil des mois, le partenariat entre Coop Atlantique et les éleveurs FNSEA17/JA17 s’affine et connaît un succès grandissant. «Depuis le mois de mai, Coop Atlantique a acheté 45 vaches à des éleveurs de proximité. A majorité des charolaises» précise Bruno Caillaud, responsable de la filière boucherie au sein de la structure. Une démarche qui est en adéquation avec le redéploiement du rayon boucherie traditionnelle.

Chacun y trouve son compte
D’ici quelques semaines, pour aller encore plus loin dans ce partenariat, un cahier des charges va être mis en place, avec notamment une clause sur l’alimentation des animaux. Il est question d’une alimentation, à 80 % de fourrage, et lors de la phase d’engraissement, exit le maïs ensilage. «Notre cible est le consommateur.

Lire la suite dans notre édition papier du 23 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).