L'Agriculteur Charentais 27 août 2015 à 08h00 | Par Guillaume De Werber

Viandes importées : Manque de traçabilité sur les produits transformés

Mardi, tôt en matinée, les agriculteurs de la FNSEA et JA se sont installer devant Viandes service (86). Cette entreprise de transformation se fournirait majoritairement en viande d’importation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une délégation d’agriculteurs a été reçue par les responsables de Vivonne viandes et Viandes Service.
Une délégation d’agriculteurs a été reçue par les responsables de Vivonne viandes et Viandes Service. - © VR

Dès 6 h 30, les tracteurs arrivés sur la zone artisanale des Sablons, à Vivonne, déversent le contenu de leur remorque (fumier, paille…) devant les grilles de l’entreprise de transformation de viande Viandes service pour en bloquer l’accès. Michel Caillé, secrétaire général de la FNSEA, tout en guidant ses collègues en train de manœuvrer, exprime sa colère : «Dans la nuit de dimanche à lundi, 14 t de viande bovine espagnole ontencore  été déchargées ici. C’est vraiment se moquer de nous !»

Harmonisation des règles
Parcs de contention sur un sens giratoire pour accueillir bovins et ovins, petit barrage filtrant les voitures, installation d’un chapiteau. Les agriculteurs, de plus en plus nombreux à investir les lieux, s’installent, et de l’aveu de Michel Caillé, ils pourraient même rester là plusieurs jours. «On a l’intention de bloquer le site un certain temps (les éleveurs ont décidé de lever le camp ...).» «Ce genre d’entreprise détruit nos filières en France», dit remonté Michel Caillé. «Elles ne regardent que le prix. Ce principe de dumping ne nous plaît pas. Il faut une nouvelle organisation à l’échelle européenne pour que tout le monde ait les mêmes règles.»
Pour Damien Genet, éleveur laitier aux Roches Prémarie, les producteurs français ne jouent pas à armes égales avec leurs voisins européens. «En Espagne ou en Italie, les exigences sanitaires ou de mises aux normes sont moins prononcées, les coûts d’abattage sont plus bas, donc le prix de la viande est plus bas. Nous ne pouvons pas nous aligner sur leurs prix, d’autant plus que nos charges augmentent.»

Lire la suite dans notre édition du 28 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).