L'Agriculteur Charentais 12 mars 2015 à 08h00 | Par V. Godement

Vieillissement : Baisse de la prévalence des démences chez les agriculteurs

Une étude lancée par Agrica mesure les effets de l’âge et l’évolution de la santé des retraités en milieu rural.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Groupe Agrica

Le programme AMI (Agrica MSA IFR) initié par le groupe Agrica en association avec la MSA et mené par l’IFR de santé publique examine les maladies liées à l’âge en termes de prévalence, d’incidence et de facteurs de risque. Cette étude initiée en 2007 analyse les conditions de vie d’un échantillon de 1 002 retraités agricoles âgés de 65 ans, vivant en milieu rural en Gironde. Les participants sont depuis suivis en moyenne tous les deux ou trois ans avec un taux de participation à chaque visite de suivi supérieur à 80 %. Cette étude multidisciplinaire est conduite par le professeur Dartigues, neurologue et spécialiste de la santé publique de l’université de Bordeaux Segalen.Avec l’allongement de l’espérance de vie, on pouvait s’attendre à une explosion des maladies liées à l’âge comme la maladie d’Alzheimer et les pathologies apparentées. Pourtant, plusieurs récents travaux dans le monde montrent une baisse de la prévalence et l’incidence des démences. Cette tendance est également observée chez les populations rurales et agricoles. En comparant deux échantillons d’agriculteurs suivis dans le cadre de deux cohortes épidémiologiques populationnelles – Paquid, étude démarrée en 1988 et AMI lancée en 2007 – les chercheurs ont conclu à une baisse très significative de la prévalence des déficits cognitifs avec incapacité de 38 % en 20 ans. Il a cependant été observé une augmentation de la prévalence de la démence cliniquement diagnostiquée (+ 12 % pour AMI et + 5,7 % pour Paquid), suggérant une meilleure sensibilité des médecins aux symptômes de la maladie. Une augmentation significative du niveau d’études, une meilleure prise en charge des facteurs de risque vasculaire, une amélioration de l’état de santé globale et une amélioration significative des conditions de vie sont autant de facteurs potentiels pouvant expliquer cette baisse.Les chercheurs de l’étude AMI ont mis au point une méthode originale pour évaluer les facteurs clés de la survenance de la maladie d’Alzheimer : sur une semaine, des smartphones ont été utilisés et ont ainsi permis des évaluations répétées des fonctions cognitives, du fonctionnement dans la vie quotidienne et du comportement ; informations inaccessibles à la clinique ou à des instruments en milieu hospitalier. Cette initiative a été réalisée auprès de 60 participants ayant également accepté un examen IRM et l’évaluation de suivi.

Lire l'ensemble de l'étude dans notre page Comprendre du 13 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui