L'Agriculteur Charentais 12 avril 2018 à 10h00 | Par Marc Nicole

Vigne : Organisation, formation et recherche face au dépérissement

Le plan national de lutte se déploie. Un colloque scientifique s’est tenu à Montpellier le début avril, donnant un aperçu.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une problématique complexe, imputable à 72 facteurs.
Une problématique complexe, imputable à 72 facteurs. - © © Réussir

De l’organisation, de la formation et de la recherche face au dépérissement du vignoble. Ce sont les moyens qui ont été déployés par le plan de lutte contre ce phénomène insidieux, qui atteint le bois de la vigne, et qui est responsable d’une perte annuelle de rendement de 4,6 millions d’hectolitres de vin en France. Contre ce fléau, qui est «une problématique complexe», imputable à 72 facteurs, comme l’a rappelé Christophe Riou, directeur adjoint de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV), il faut une multitude d’actions à mettre en oeuvre.

Lire la suite dans notre édition papier du 13 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.