L'Agriculteur Charentais 03 avril 2014 à 10h38 | Par l'Agriculteur Charentais

.vin et .wine - Le Quai d'Orsay veut défendre les indications géographiques

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après la négociation de Singapour sur les ..vin et .wine du 22 au 27 mars, le ministère des Affaires étrangères souligne qu’il attache la plus haute importance aux indications géographiques (IG), dans une position diffusée le 28 mars. «La France, avec l’UE, attache la plus haute importance à la protection des indications d’origine dans toutes les enceintes, y compris sur internet », explique-t-on au quai d'Orsay. La France «rappelle qu’elle sera attentive à ce que la délégation de ces noms de domaine ne puisse intervenir sans qu’un niveau de protection élevé ne soit assuré aux appellations d’origine des producteurs de vin». Mais elle « relève que des irrégularités sont intervenues dans le cours de la procédure ». De manière générale, Paris appelle à l’accélération de la réforme de l’Icann (Internet corporation for assigned names and numbers), l’organisme qui représente l’industrie de l’internet au niveau mondial, proche du gouvernement américain. Dans le sens d’un modèle de gouvernance «qui soit davantage transparent»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui