L'Agriculteur Charentais 10 juillet 2014 à 08h00 | Par François-Xavier Simon

Vin : Les modalités du soutien au vin sont critiquées

La Cour des comptes européenne remet aussi en cause les subventions accordées à Bruxelles pour la promotion des vins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dur constat de la Cour des Comptes à l’égard de la région Champagne.
Dur constat de la Cour des Comptes à l’égard de la région Champagne. - © jc gutner

«Le soutien de l’Union européenne à l’investissement et à la promotion dans le secteur vitivinicole est-il bien géré et ses effets sur la compétitivité des vins sont-ils démontrés ? » : la Cour des comptes européenne a publié sous ce titre, le 1er juillet, un rapport spécial qui critique sévèrement les modalités de ces deux régimes d’aide sur lesquels a porté son audit. 
Coexistence de mesures similairesLa Cour des comptes affirme que la nécessité d’une mesure d’investissement supplémentaire spécifique à ce secteur n’est pas justifiée dès lors qu’un tel dispositif existe déjà dans le cadre de la politique de développement rural. «La coexistence de mesures d’aide à l’investissement similaires dans le cadre de deux régimes différents est source de complications et, dans certains États membres, cela a entraîné des retards dans la mise en œuvre ou une limitation excessive des investissements éligibles», a expliqué M. Jan Kinst, membre de la Cour responsable du rapport.Sur la période 2009-2013, neuf États membres (République tchèque, Allemagne, Espagne, France, Italie, Chypre, Hongrie, Autriche et Slovaquie) ont intégré la mesure d’investissement dans leurs programmes nationaux d’aide à la viticulture, contrairement à neuf autres (Bulgarie, Grèce, Lituanie, Luxembourg, Malte, Portugal, Roumanie, Slovénie et le Royaume-Uni), précise le rapport. Par exemple, le Portugal a décidé de ne pas inclure la mesure d’investissement dans son programme national, estimant que l’aide déjà disponible dans le cadre du programme de développement rural était suffisante.

Lire la suite dans notre édition du 11 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui