L'Agriculteur Charentais 12 décembre 2014 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Vinitech 2014 : Où doper la compétitivité viti-vinicole en investissant

Les viticulteurs investiraient. Durant trois jours, à Bordeaux, ils étaient venus chercher des idées..

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le stand commun aux entreprises cognaçaises : proposer à des TPE d’être quand même présente aux côtés de grandes entreprises.
Le stand commun aux entreprises cognaçaises : proposer à des TPE d’être quand même présente aux côtés de grandes entreprises. - © AC

La tentation de chiffrer le nombre de visiteurs, d’interroger les exposants pour jauger si les carnets de commandes sont remplis, de glorifier les innovations mises en avant est grande. Après salon. Classique.  Pour apprécier un salon, c’est sans contexte de déambuler dans les allées. On vient surtout au salon pour «résoudre» un problème d’exploitant ou d’industriel : une machine de rognage des vignes, des nouveaux piquets, des barriques pour le stockage, ou plus important, une machine à vendanger, un pressoir ou quelques logiciels de suivis des vinifications ou des conduites culturales. D’autant qu’une étude de Réalisée par l’institut BVA, rendu précisément publique lors de ce Vinitech, révèle que «malgré le contexte économique difficile, les professionnels de ces secteurs restent optimistes.» C’est même chiffré : «leurs investissements ont connu une hausse de 6 à 21% sur la période 2012/2014. Une tendance qui devrait se poursuivre puisque 79% des viticulteurs, 82% des caves coopératives et 86% des arboriculteurs/maraîchers du grand quart Sud-Ouest envisagent d’investir au cours des deux prochaines années.» Les investissements concernent naturellement le renouvellement de matériel : d’abord dans le travail du sol (32 %) dans la traction (26%) et des équipements pour la cave ou le chai (24 %).  Selon cette étude, «la mise aux normes» reste la priorité, comme gage de la compétitivité, être plus vertueux en matières.
Lire la suite dans notre édition du 12 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Le chiffre de la semaine
1,9 Mt
Le spécialiste en gestion du risque de prix ODA a estimé le 4 mai que les céréaliers vont conserver 1,9 Mt de blé de la récolte 2015. Ses prévisions indiquent «une baisse des livraisons dans les prochaines semaines et un report possible sur la campagne à venir de 1,9 Mt chez les céréaliers, ce qui ne manquera pas de faire évoluer les prix de la récolte 2015 à la hausse», selon un communiqué. Explication : les producteurs sont tentés de conserver leur blé pour profiter de meilleurs prix.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui