L'Agriculteur Charentais 15 décembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Vinitech : Un salon bordelais qui s’est fait «écophyto compatible»

Plein de cuves, plein de bouteilles, plein de pulvé arbo, des stands sur des kilomètres et le plein de nouveautés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des visiteurs passionnés de leur métier prêts à investir dans les innovations présentés dans les stands.
Des visiteurs passionnés de leur métier prêts à investir dans les innovations présentés dans les stands. - © Vinitech.Artiste associé CEB

A qui veut faire le tour des nouveautés du salon Vinitech, la semaine dernière à Bordeaux, le courage ne doit pas manquer. Il faut arpenter les longueurs d’allées, apostropher les techniciens présents des marques, des constructeurs des revendeurs et discerner le «petit plus», la nouvelle trouvaille, «l’adaptation» qui fait d’une cuve, d’un tracteur arboricole, d’un conseil en marketing l’idée que l’on peut intégrer dans les exploitations viticoles et arboricoles. «C’est le temple du must des équipements» assure-t-on dans le marketing de l’événement. Que ce soit des nouveaux emballages bag-in-box (ceux qui boostent le marché de certains vins) qui ont cela de renversant que le robinet est placé en haut. Que ce soit l’aspersion sans pompe de Tec Inox ou les barriques de chez Oeno sans aller jusqu’à celle de GD industrie à revêtement en or 24 carats, la barrique au-delà de son aspect «classique» innove, jusqu’à être tatouée ou tracée.

Lire la suite dans l’édition papier du 9 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.