L'Agriculteur Charentais 25 juillet 2013 à 10h51 | Par Laurence Guilemin

VINS DE PAYS CHARENTAIS - Une communication étudiée

Ils ont le savoir-faire, mais moins le “faire-savoir”.L’agence Out Doo est là pour les aider à communiquer.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Jullion, président du comité de promotion des vins de pays charentais a mis en place certains outils de communication, dans son magasin, situé sur son exploitation, à St Maigrin.
Thierry Jullion, président du comité de promotion des vins de pays charentais a mis en place certains outils de communication, dans son magasin, situé sur son exploitation, à St Maigrin. - © L. Guilemin

Avec un département à fort potentiel touristique, une offre de festivités florissantes lors la période estivale, et un produit synonyme de convivialité, les vins de pays charentais (VPC) ont de nombreuses occasions pour promouvoir leurs produits. C’est ce challenge-là que l’agence Out Doo souhaite relever. Voilà maintenant deux ans, que l’agence de communication, basée à Royan a été choisi par le Comité de promotion des vins de pays charentais. «Nous leur avons proposé de ne pas réaliser de campagne de publicité» explique Frédéric Delesque, directeur de l’agence. Une approche audacieuse, originale et structurée. Une rencontre avec des viticulteurs, des cavistes, des responsables de grandes surfaces a permis à l’agence d’avoir «leur vision et leur perception des vins de pays charentais sur le territoire charentais maritime.» Pour le directeur, «les viticulteurs ont réalisé un très bon travail sur la qualité du produit, mais cela n’est pas forcément perçu. Ils ont un savoir-faire, mais le faire-savoir n’était pas assez développé.»

Une stratégie en plusieurs temps

La première phase a été de redéfinir le territoire de la communication, avec un nouveau logo. «Les Vins de pays charentais mettent ainsi en avant deux axes forts : fierté d’être charentais et réunification des deux Charentes» précise Frédéric Delesque. L’agence a élaboré trois façons de communiquer autour des vins de pays charentais. «On trouve dans un premier temps, «les médias propriétaires», c’est-à-dire, la bouteille, l’étiquette, (qui sont le premier outil de communication, le premier contact avec le consommateur) mais également la propriété, la mise en place d’un circuit de visite...»

Lire la suite dans l'édition du 26 juillet 2013

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui