L'Agriculteur Charentais 15 mai 2015 à 08h00 | Par A. Merlingeas

Viser toujours les plus hauts sommets

Hennessy a renouvelé sa foi en l’avenir du marché du cognac, notamment en Chine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eric Bastard, directeur général d’Hennessy.
Eric Bastard, directeur général d’Hennessy. - © A.M.

La maison Hennessy a vendu 5,9 millions de caisses de cognac l’an dernier, soit une progression de + 1,7 %, en retrait par rapport à celle enregistrée en 2013, qui atteignait + 3,2 %, et aussi à la moyenne des 20 dernières années qui dépasse les 4,3 % par an. Pas de quoi doucher l’enthousiasme et l’assurance des responsables de la marque lors de l’assemblée générale de la Sica de Bagnolet le 6 mai dernier sur le site des chais à Cognac.Le ton était donné sur les ambitions de la marque avec le chai à tonneau n°122 flambant neuf, dernier né sur le site de Haut-Bagnolet, comme lieu d’accueil des livreurs, un auditoire nombreux à l’attention captive. 12 chais supplémentaires de ce genre doivent voir le jour dans les sept prochaines années au Bas-Bagnolet (voir encadré). «Nous sommes la seule marque de cognac à avoir connu une progression en volume en 2014 », a lancé fièrement Éric Bastard, directeur général d’Hennessy, qui remplaçait Bernard Peillon, le PDG, absent pour l’occasion. «En 25 ans entre 1995 et 2014, nous avons triplé nos volumes de ventes, a-t-il ajouté. La preuve que notre objectif de 10 millions de caisses n’est pas illusoire». Et ce ne sont pas les “réajustements” enregistrés sur la Chine, qui se sont poursuivis début 2015, et des perturbations sur la Russie dues à un contexte économique difficile, qui vont remettre en cause l’ambition débordante du numéro un du cognac pour son 250e anniversaire, célébré en grandes pompes les 2 et 3 juin.

Suite dans l'édition du 15 mai 2015

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.