L'Agriculteur Charentais 16 juin 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Visite d’essais : Premières leçons avant la moisson

Dans quelques semaines les récoltes et déjà des pronostics sur les rendements. On engrange… des itinéraires pour la prochaine campagne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Quelques carrés bien alignés, des étiquettes désignant le parcours cultural de la mini-parcelle. Tout est là : consigné, détaillant les intrants, les choix, les impasses. Les résultats, ce sera pour dans quelques semaines, même si les effets des pressions maladies sont parfois déjà bel et bien visibles. Les visites d’essais, qu’elles soient coopératives ou du négoce amènent aussi le débat, le dialogue et l’échange spontanée entre adhérents ou clients, entre techniciens et exploitants. Transparaît aussi que le modèle de conduite culturale unique n’existe pas. Loin de là : terroirs, climatologie, variétés choisies viennent s’affronter sur le terrain des résistances, des implantations, des levées, des désherbages, des protections phyto plus ou moins réussis. On vient y chercher de l’info, un peu de documentation pour la prochaine campagne, et «valider» ou pas ses propres choix. Le collectif débattu pour conduire l’individuel.

Lire la suite dans notre édition papier du 10 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui