L'Agriculteur Charentais 16 février 2017 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Visite : Relever le défi environnemental

La FNSEA et les JA Nouvelle-Aquitaine ont organisé une visite des Pépinières Charentaises le 2 février. L’entreprise horticole charentaise fait partie du réseau ferme Dephy.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Marc Daganaud et Christian Mesmin ont mis en place des techniques alternatives pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires et favoriser le respect de l’environnement.
Jean-Marc Daganaud et Christian Mesmin ont mis en place des techniques alternatives pour réduire l’utilisation de produits phytosanitaires et favoriser le respect de l’environnement. - © VC

L’entreprise familiale a une longue histoire derrière elle qui remonte au XIXe. Dans les années 90, elle se développe au plan national avec un positionnement moyen et haut de gamme et un mode de culture plutôt extensif de pleine terre. C’est à partir de 2005 que les Pépinières charentaises, basée à Montemboeuf, en Charente, se sont engagées dans des démarches durables et respectueuses de l’environnement. «Notre volonté était double. D’abord, on a voulu en faire une philosophie d’entreprise et puis aussi un argument commercial. Ce qu’on a beaucoup de mal à valoriser aujourd’hui dans un secteur très concurrentiel. Sur 100 plantes plantées en France 60 à 70 viennent de l’étranger ! » a expliqué Antoine Daganaud, président de la société qui vend 1000 espèces et variétés de plantes, arbres, fruitiers et autres arbustes. En 2008, la crise économique touche le secteur de l’immobilier, ainsi que les collectivités qui représentent, avec les paysagistes, 90 % de leur clientèle.

Lire la suite dans la version papier du 10 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.