L'Agriculteur Charentais 12 octobre 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Visite «sur le terrain» : «Elle est où Madame Barral ?»

Fabrice Rigoulet-Roze est venu à Genouillé pour mieux apprécier les difficultés des agriculteurs : ICHN, dispositions réglementaires, instructions étaient «débattues.»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Où est la logique territoriale sur un même marais, certes divisé en communes ? Au centre, Jean-Baptiste Milcamps et Fabrice Rigoulet-Roze.A gauche, Marie-Bénédicte Barral.
Où est la logique territoriale sur un même marais, certes divisé en communes ? Au centre, Jean-Baptiste Milcamps et Fabrice Rigoulet-Roze.A gauche, Marie-Bénédicte Barral. - © AC

L’administration «informelle», «impersonnelle» n’existe pas. Preuve en serait la récente visite «sur le terrain» qu’ont opéré, à l’invitation de la FNSEA 17, le préfet Fabrice Rigoulet-Roze, le DDTM, Jean-Baptiste Milcamps et Marie Bénédicte Barral, à Genouillé. Et les sujets de conversation n’ont pas manqué. Loin de là. L’exclusion de l’ICHN des éleveurs de la commune, les aléas sibyllins des dossiers, les aides PAC qui jouent les éternelles prolongations de paiement, en passant par la définition des cours d’eau, les demandes de dérogation CIPAN restées lettre morte, les surfaces d’intérêt écologique, la largeur des bandes enherbées, la défense de l’appellation cognac. L’après-midi n’a pas suffi pour «évoquer» la longue liste que la FNSEA 17 souhaitait aborder avec ses trois hôtes. Pourtant. La visite de l’exploitation de Dominique Mellier, puis un petit parcours le long des fossés du marais n’y sont pas venus à bout.

Lire la suite dans notre édition papier du 13 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui