L'Agriculteur Charentais 12 avril 2018 à 10h00 | Par Anne Frintz

Visites : Mission transparence pour annoncer Made in Viande

Sept journalistes ont participé au voyage de presse national en amont des rencontres Made in Viande.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ticket de pesée fiscale, sur lequel apparaît, entre autres, le nom de l’éleveur et de l’abatteur
Le ticket de pesée fiscale, sur lequel apparaît, entre autres, le nom de l’éleveur et de l’abatteur - © INTERBEV

Organisé par Interbev, ce voyage de presse leur a permis de remonter la filière, les 28 et 29 mars, en Deux-Sèvres et Vienne. Point d’orgue du rallye destiné à faire parler de la quatrième édition des rencontres Made in Viande : la visite de l’abattoir de Parthenay… En activité ! «C’est exceptionnel», confiait Anne-Claire Augereau, animatrice d’Interbev Nouvelle-Aquitaine, qui a négocié le parcours.
L’odeur du sang, le froid, les immenses carcasses suspendues, les muscles qui bougent encore, les gestes précis et rapides des opérateurs, le blanc, le rouge, l’inox, le bruit de la scie à fente : c’est une claque sensorielle que se sont pris les néophytes, une surdose d’informations. Le directeur de la Société d’abattage de Parthenay (Sab) a expliqué chaque étape : l’ablation de la tête de la bête, sa dépouille, l’éviscération, le prélèvement des abats, la fente de la carcasse en deux, l’inspection par la vétérinaire, le classement et la pesée fiscale.

Lire la suite dans notre édition papier du 13 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.