L'Agriculteur Charentais 04 avril 2013 à 14h43 | Par Laurence Guilemin

Viti oléron - Des bons chiffres et la prospection pour lutter contre la flavescence dorée

Les résultats sont bons. Mais la vigilance s’impose pour lutter contre la flavescence dorée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les bonnes nouvelles se sont succédées à l’assemblée générale.
Les bonnes nouvelles se sont succédées à l’assemblée générale. - © AC

«Nous sommes des acteurs économiques incontournables et indispensables à la qualité de vie de l’île». En prononçant ces quelques mots, le président de la coop Viti-Oléron, Louis Auvray, a voulu mettre en avant cette singularité îlienne, à l’occasion de l’assemblée générale, le vendredi 22 mars, à St Georges d’Oléron. Les bons résultats sont là pour perdurer la dynamique de la coop et pour donner la vision de la place de la viticulture sur Oléron.

Progression du chiffre d’affaires

Optimiste, le président peut l’être.«L’année 2012 est marquée par une progression totale du chiffre d’affaires de 26 %» avec 4,5 ME contre 3,6 ME l’année précédente.Le bénéfice est de 911 KE, soit une progression de 3 439 % par rapport à 2011. Chacun peut avoir le sourire.Le chiffre d’affaires se décompose ainsi : 72 % pour des ventes vrac eaux-de-vie (vente de vieux comptes) ; + 58 % pour des ventes vrac pineau et + 3 % pour des ventes de produits conditionnés. Progression aussi du côté du chiffre d’affaires sur les ventes des produits conditionnées : +3,6% pour la vente directe, + 7,8 % en circuit revendeurs traditionnels.Seule la vente en grande distribution recule avec -1,67 % (refus des promotions Scachap, société centrale d’approvisionnement Charentes Poitou).

Autre bonne nouvelle, la cuvée «Perles Blanches» est la meilleure vente bouteilles sur le circuit traditionnel, avec un pic durant la période estivale. Le pineau «Boyard blanc» et «rouge» a eu un écho favorable pour la grande distribution.«Le Boyard blanc devient leader sur le marché.»Le vin de pays rosé continue son ascension depuis 2002.

Coté conditionnement, le bag in box connaît une demande croissante «non négligeable» : «mais nous souhaitons aussi développer la bouteille.Elle est une valeur ajoutée.»

Magdalena Girard incite les viticulteurs à prospecter collectivement pour lutter contre la flavescence dorée.
Magdalena Girard incite les viticulteurs à prospecter collectivement pour lutter contre la flavescence dorée. - © AC

Le fléau de la flavescence dorée

Ces bons chiffres ne font oublier à Louis Auvray, la stabilité des surfaces du vignoble oléronnais. «Les viticulteurs renouvellent, mais pas assez vite.Pour les encourager, il faut rémunérer l’adhérent, et cela sera fait cette année.» Des vignes, il en a été longuement questions, avec le fléau qu’est la flavescence dorée. Louis Auvray a d’ailleurs mis en garde les viticulteurs et les a invités à effectuer la prospection, en septembre. Il a également pointé la problématique des friches : «on peut en trouver dans des vignes en friches.» «Rien n’a été détecté sur l’île, mais cela ne veut pas dire que l’on n’a pas la flavescence dorée.» Quelques viticulteurs se sont formés, en 2012, à St Sauvant avec Magdalena Girard, technicienne viticole de la Chambre d’agriculture. «Prospecter collectivement, c’est mieux» a rappelé la technicienne, tout en précisant qu’il convient de réaliser un plan en  marquant le numéro du rang, le numéro du pied. Elle cite en exemple, le secteur d’Ozillac, où  les viticulteurs s’accordent quelques jours pour une prospection collective. «Si on confie cette prospection à un cabinet, il en coûtera 25 E/ha. Et pour quelle fiabilité ?» s’interroge le président.Dans le département, il ne reste plus beaucoup de secteur sain. «N’oubliez pas qu’avec cette maladie, en trois ans, la vigne  est morte» a mis en garde Magdalena Girard. Un léger frisson dans ce tourbillon de bonnes nouvelles.

Pierre Luc Alla, le nouveau directeur de la coopérative.
Pierre Luc Alla, le nouveau directeur de la coopérative. - © AC

Un nouveau directeur, Pierre Luc ALLA

C‘était sa première assemblée générale. Pierre-Luc Alla est le nouveau directeur, depuis décembre 2012, de la coop Viti-Oléron. Il remplace Bruno Delage, parti à la retraite. Viticulteur sur le Fronsac, gérant une société de conseil dans le St Emilion, autant dire que la viticulture ne lui est pas inconnue. «Je veux rencontrer des vrais gens, m’investir dans un grand projet.» Il compte apporter son expertise en tant qu’ingénieur agronome, tisser des liens étroits avec les viticulteurs, expliquer la filière auprès des clients. Il ambitionne de développer la filière bio, «d’être plus en adéquation avec le territoire, les circuits-courts, la démarche envers le client.»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
13 837
C’est le nombre de lapins détruits  par les ACCA et les lieutenants de louveterie en mars, sur la saison 2014 2015 en Charente Maritime. Les chasseurs en période de chasse font l’effort principal avec 11 294 prélèvements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui