L'Agriculteur Charentais 17 novembre 2016 à 08h00 | Par Fabienne Lebon

Viticulture : Autorisations de plantation à hauteur de 800 ha en 2017

Le conseil de bassin Charentes-Cognac a décidé d’augmenter le contingent unique pour le bassin viticole à 800 ha

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Conseil de bassin viticole s’est positionné pour un contingent d’autorisations de plantation de bassin à hauteur de 800 ha pour 2017.
Le Conseil de bassin viticole s’est positionné pour un contingent d’autorisations de plantation de bassin à hauteur de 800 ha pour 2017. - © vc

Réunis en Conseil de bassin viticole Charentes-Cognac le mardi 25 octobre et présidé par le préfet de Région, Pierre Dartout, les filières Cognac, Pineau des Charentes, Vin de pays charentais et Moûts et vins des Charentes se sont positionnées pour un contingent d’autorisations de plantation à hauteur de 800 hectares pour l’année 2017. Un contingent unique qui sera pas réparti, comme celui de 2016 (avec 250 hectares), entre ces différentes filières. «Il s’agit bien d’un contin­gent régional par bassin. Avant le conseil de bassin, qui est la dernière instance, nos différentes familles de production se réunissent et conviennent d’une demande globale. Elles sont tombées d’accord pour l’année 2017 sur ce chiffre de 800 hectares», explique Christophe Forget, vice-président du Bassin viticole.

Lire la suite dans l’édition papier du 11 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.