L'Agriculteur Charentais 23 février 2017 à 08h00 | Par CA17

Viticulture DEPHY : Bilan de la campagne 2016 et axes de travail

Un réseau de fermes de références viticoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CA17

Depuis de nombreuses années, la Chambre d’agriculture de la Charente-Maritime met à disposition des viticulteurs des moyens pour raisonner et optimiser la protection de leur vignoble : formations, guide viticulture durable, bulletin individuel ou collectif, etc. Dans le cadre de l’appui aux groupes viticoles, la mise en œuvre de pratiques plus respectueuses de l’environnement a été conduite avec succès : modélisation des maladies, application des seuils de traitements, gestion du dégât acceptable, qualité de pulvérisation, gestion des déchets, etc. C’est donc naturellement que la Chambre d’agriculture s’est inscrite dans la dynamique du plan Ecophyto 2018, et a mis en place dès 2012 un réseau de fermes de références viticoles.

- © CA17

Ce réseau est composé à ce jour de 11 exploitations engagées et motivées pour réduire l’utilisation des intrants phytosanitaires dont7 exploitations situées sur des zones à enjeu Eau (Bassin versant du Né et Aire de Captage en Eau Potable), une exploitation conduite en viticulture biologique, une exploitation d’un lycée agricole et une d’un négociant. Leur objectif est de réduire d’ici 2020, l’usage des intrants phytosanitaires de 29 %.

Lire la suite dans notre édition papier du 17 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.