L'Agriculteur Charentais 10 novembre 2016 à 08h00 | Par N.Duchiron

Viticulture : Installation hors cadre familial, un défi pour le cédant et le repreneur

Pour une installation/transmission réussie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Michel Drouet, Elodie Bouyer (PAI), Francoise Drouet et Carole Begaud (RDI).
De gauche à droite : Michel Drouet, Elodie Bouyer (PAI), Francoise Drouet et Carole Begaud (RDI). - © ND

Quoi de mieux que d’être sur une exploitation agricole pour aborder le thème de l’installation ! Françoise Drouet  agricultrice accompagnée de son mari Michel ouvriront les portes de leur exploitation viticole, lors de la journée d’information sur l’installation, orchestrée par le PAI 17 , le jeudi 17 novembre. (lire encadré )
Proche de la retraite, «la famille Drouet» (comme aime le dire Michel), pense à demain. Mais comment faire pour transmettre ce patrimoine familial si précieusement  maintenu.
Avec environ 14ha de vigne et 33 ha de terre, c’est toute une histoire qu’il faut céder. Une histoire, un outil de production et des marques déposées : «Famille Drouet», «Sir Du Donjon» et «Terroir et tradition des Charentes» sont autant de résultats fructueux  suite au travail acharné de M. Drouet.

Lire la suite dans l’édition papier du 4 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.