L'Agriculteur Charentais 27 octobre 2016 à 08h00 | Par Céline Clément

Viticulture : L’Europe au coeur du débat

Tafta, Europe, spiriteux étaient dans un savoureux cocktail, lors d’un débat, à Cognac.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lionel Lalagüe (BNIC) a rappelé l’importance du marché américain pour le cognac.
Lionel Lalagüe (BNIC) a rappelé l’importance du marché américain pour le cognac. - © VC

«Tafta/Ceta passés au crible, des échanges vertueux pour les spiritueux ?». La question était posée vendredi 30 septembre au Musée du Cognac, devant un public venu nombreux. Il s’agissait de l'un des treize rendez-vous d'un cycle de débats "Parlons d'Europe en région", mené par les Centres d'Information Europe Direct dans toute la France. Méthode nouvelle, ces dialogues avec la population visent à récolter les suggestions et questionnements de chacun pour les faire remonter aux dirigeants européens. Ils  s'inscrivent dans le prolongement d'une dizaine de dialogues citoyens déjà menés par la Commission européenne à Paris et en régions.
Au cours de l’après midi, les intervenants ont apporté leur réponse et su poser sur ce thème complexe leur regard averti. Jonathan Munoz, élu Nouvelle-Aquitaine, délégué au développement international et directeur de cabinet à la mairie de Cognac, a rappelé l’importance du marché de l’export dans l’économie de la région : «Nouvelle-Aquitaine est la 8e région exportatrice et souhaite se positionner sur le marché européen.

Lire la suite dans l’édition papier du 21 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
+ 2 %
Après sept mois de campagne, les exportations françaises de pommes se redressent de +2% sur un an à 355 281 tonnes, précise une note de conjoncture publiée par le ministère de l’Agriculture le 23 avril. Une amélioration par rapport à la baisse de 20% qu’elles avaient connue en 2016-2017 (575 000 tonnes exportés pour la totalité de la campagne).