L'Agriculteur Charentais 02 février 2017 à 08h00 | Par Actuagri

Viticulture : L’Inra cible la génétique pour réduire les phytos

Ce secteur représente près de 20 % des utilisations des phytosanitaires en France. Les maladies de l’oïdium et du mildiou concentrant à elles seules 80 % des traitements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’Inra s’est penché sur le concept de «pyramidage des gènes de résistance» pour lutter contre l’oïdium et le mildiou.
L’Inra s’est penché sur le concept de «pyramidage des gènes de résistance» pour lutter contre l’oïdium et le mildiou. - © P.Cronenberger

L’Inra a annoncé, le lundi 13 janvier, la création et l’inscription de quatre nouvelles variétés résistantes à leurs attaques dès cette fin d’année. Des dizaines d’autres suivront en 2018. Les viticulteurs pourront en disposer dès 2021.
Philippe Mauguin, président-directeur de l’Inra, en parle comme d’une «équation à régler». Entre d’un côté, une pression sociétale revendiquant un moindre recours aux produits phytosanitaires, et de l’autre, le nécessaire besoin de protection du vignoble français fragilisé dans un contexte géoclimatique aggravé. Causés par les épisodes de pluie dont la fréquence n’a cessé d’augmenter, les risques fongiques restent en effet très élevés dans les grands bassins de production.

Lire la suite dans notre édition papier du 27 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.