L'Agriculteur Charentais 12 janvier 2017 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Viticulture : Le pineau, passionnément

A St Bonnet sur Gironde, Jean-Luc et Jean Marie Bossis, les deux frères, oeuvrent pour pérenniser l’exploitation familiale et les produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Luc et Jean-Marie Bossis proposent une démonstration de Brûlot charentais lors des Distilleries en fête.
Jean-Luc et Jean-Marie Bossis proposent une démonstration de Brûlot charentais lors des Distilleries en fête. - © AC

Prendre une dose d’histoire patrimoniale, une dose de passion, une dose de savoir-faire et une dose de dynamisme, mélanger le tout et l’on obtient l’exploitation Bossis, à St Bonnet sur Gironde. Pour mieux connaître le domaine, il suffit de venir lors des «Distilleries en fêtes», orchestré par les Etapes du cognac. «Cela fait huit ans que nous participons à cette opération. Nous avons  organisé des animations en décembre et nous les réitérons les 7,14, 21 et 28 janvier, à 10 h et 15 h 30» précise Jean-Marie Bossis, le «Monsieur communication» au sein de l’entreprise, qui a envoyé 4 000 mails pour informer sa clientèle des animations hivernales. Pour lui, ces instants permettent de «créer le contact avec les clients. De plus, c’est une animation dans le territoire. Ici, notre leitmotiv, c’est de communiquer dans la région sur ce que l’on fait.»

Lire la suite dans notre édition papier du 6 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.