L'Agriculteur Charentais 11 février 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Viticulture : Nouveau plan collectif, c’est parti !

L’UGVC est de nouveau à la baguette de la mise en œuvre du plan collectif de restructuration 2016-2018.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les viticulteurs étaient à l’écoute le 1er février à Segonzac.
Les viticulteurs étaient à l’écoute le 1er février à Segonzac. - © VC

La salle des aînés à l’université des eaux-de-vie de Segonzac était assez bien remplie lundi 1er février pour une première réunion d’une série de 8 organisées par le syndicat afin de parler du plan collectif de restructuration 2016-2018. Ce sujet d’actualité intéresse les viticulteurs. D’autant plus qu’il s’entrechoque avec une évolution majeure depuis le 1er janvier 2016 avec la mise en place des autorisations de plantation qui viennent prendre le relais des droits.

Lire la suite dans notre édition papier du 5 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.