L'Agriculteur Charentais 29 décembre 2016 à 08h00 | Par Alexandre Merlingeas

Viticulture : Oreco grandit et s’organise

Portée par le dynamisme du marché du cognac, la société de stockage poursuit son développement avec la construction de nouveaux chais. L’équipe d’encadrement s’organise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’équipe d’encadrement d’Oreco s’organise au fil du développement de la société.
L’équipe d’encadrement d’Oreco s’organise au fil du développement de la société. - © VC

L’exercice de 12 mois clos au 30 juin 2016 a été marqué par 3 faits majeurs que Jean-Daniel Fougères, le président d’Oreco, a détaillé. D’abord une croissance amplifiée du stockage d’eaux-de-vie avec la construction de 4 chais de 40 000 hectolitres portant les investissements totaux de 11 M€, l’exercice précédent, à 16,4 M€ en 2015-2016. Le tout générant une baisse du résultat qui reste tout de même «satisfaisant».
Autre point majeur, la mise en place progressive d’une nouvelle organisation qui va se poursuivre en 2017. Daniel de Saint-Ours, le directeur, a profité de l’assemblée générale du 13 décembre au siège d’Oreco pour présenter les membres de l’équipe d’encadrement et leurs fonctions.

Lire la suite dans notre édition papier du 23 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.