L'Agriculteur Charentais 27 octobre 2016 à 08h00 | Par Marc Nicolle

Viticulture : Relancer la place de la France

La France est confrontée à des défis : concurrence internationale, aléas climatiques, distorsions phytosanitaires ; le plus important, c'est celui de sa place sur les marchés mondiaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le secteur viticole a la chance d’être porté par un marché mondial en augmentation constante.
Le secteur viticole a la chance d’être porté par un marché mondial en augmentation constante. - © Patrick Cronenberger

Plusieurs dossiers préoccupent la viticulture française : la stagnation des exportations et les importations croissantes de vin, la montée des aléas climatiques et notamment le réchauffement, l'insuffisance d'hectares couverts par les assurances pour aléas climatiques, la pression d'associations pour que la viticulture réduise fortement l'épandage de pesticides, l'adaptation de l'offre française, encore segmentée par indications géographiques, au marché mondial... Tous ces dossiers se rapportent en fin de compte à une priorité stratégique : la place de la France viticole sur le marché mondial du vin. «Le vrai enjeu est là. Tout le reste en découle, qu'il s'agisse de l'assurance, des phytos, de la sécheresse croissante, de l'OCM viticole, de la commercialisation par marques ou par appellations», synthétise Bernard Farges, président de la Confédération des AOC viticoles.

Lire la suite dans l’édition papier du 21 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.