L'Agriculteur Charentais 13 avril 2017 à 08h00 | Par Estelle Bescond

Viticulture : Une parcelle témoin pour la confusion sexuelle

Peu répandue dans le vignoble charentais, la méthode de confusion sexuelle va être testée au Domaine Le Maine-Giraud, à Champagne-Vigny, en Charente.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une quinzaine de personnes est venue poser des Rak dans une parcelle du Domaine Le Maine-Giraud.
Une quinzaine de personnes est venue poser des Rak dans une parcelle du Domaine Le Maine-Giraud. - © VC

Depuis 1996, la méthode de confusion sexuelle contre les vers de la grappe, Eudémis et Cochylis, se développe dans les vignobles français. D’abord mise en place dans le Médoc, elle n’a pas connu autant de succès en Charente. Et cela pour plusieurs raisons : la pression de ces insectes est moins forte que dans d’autres vignobles, l’ugni blanc est un cépage plutôt résistant et, avec le plan de lutte obligatoire contre la cicadelle de la flavescence dorée, un seul traitement était nécessaire contre deux insectes. «Aussi, la flavescence dorée a été conjointe avec la crise du cognac donc cela n’a pas encouragé les viticulteurs à investir dans une autre méthode ; une méthode coûteuse puisqu’il faut compter 200 € par hectare, fourniture et suivi inclus. Aujourd’hui, la situation est plus favorable et les questions environnementales prennent de plus en plus d’ampleur. Chacun cherche à baisser son IFT», note Laurence Frouin, responsable de la direction marketing et communication du négoce d’agrofournitures Isidore.

Lire la suite dans notre édition papier du 7 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui