L'Agriculteur Charentais 25 août 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Xavier Beulin : «L'urgence : accompagner les femmes et les hommes humainement, économiquement et socialement»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Marne Agricole/Guillaume Perrin

Quel est votre regard sur la crise des récoltes cette année ?

Il y a plusieurs origines à la crise que traverse l'agriculture, la première est celle liée aux marchés mondiaux qui se sont beaucoup dégradés depuis deux/trois ans impactant, en premier lieu, l'ensemble des productions animales. À cela s'ajoute la récession que connaissent les pays émergents, l'embargo russe, et les conflits dans les grandes régions qui ont des conséquences sur les marchés agricoles. Enfin, le manque de compétitivité de nos filières, je dis bien « filière » dans son ensemble, pèse également. C'est pourquoi, la FNSEA et tout son réseau se sont largement mobilisés depuis deux ans pour les productions animales. Cette année, la cause climatique avec des crues incroyables dans un certain nombre de régions françaises associée à un manque de luminosité ont fini d'endommager et de dégrader la situation de toutes les cultures, des fourrages, des fruits, des légumes et de l'horticulture. Ajoutons également la crise majeure du lait et de la viande bovine qui s'aggrave et touche hélas de nombreux producteurs.

Lire la suite de l'interview dans notre édition papier  du 19 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.