L'Agriculteur Charentais 16 février 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Zones humides : Le bilan mitigé des marais

Une journée, le 2 février, médiatisée à Brouage. Mais le dossier avance-t-il ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
On a annoncé lors de cette journée une entente pour la gestion du marais de Brouage entre la Caro et la CdC de Marennes.
On a annoncé lors de cette journée une entente pour la gestion du marais de Brouage entre la Caro et la CdC de Marennes. - © AC

Jeudi dernier, on «célébrait» la journée mondiale des zones humides. C’est une invention française qui veut réunir tous les acteurs autour du sujet des zones humides pour dire et souvent clamer leur importance dans l’écologie. Et cette journée est devenue mondiale. Cette année le lancement de la journée avait lieu à Brouage en présence de la secrétaire d’Etat, Barbara Pompili, chargée de la biodiversité. Outre les discours de bienveillance habituels en pareil cas, on a aussi planché durant la journée sur les préventions et le rôle des zones humides face aux catastrophes. Et si le lendemain, on passait malheureusement aux travaux pratiques avec les trois tempêtes successives du week-end dernier, la fonction «tampon» des zones humides était mise en avant. De nouveau, tous les acteurs présents à cette journée de présentations et de visites insistaient sur «une prise de conscience». Relayée auprès de la presse par la secrétaire d’Etat. La convention de Ramsar (nom d’une ville d’Iran) fait des émules. Alors on s’en félicite mais la préservation, le non recul en hectares des zones humides conserve toute son acuité, disent-ils. «Ce sont des éco-systèmes d’extrême importance» assure la secrétaire d’Etat. Et une fois par an, repasser une couche sur leur intérêt et leur préservation ne lui semble pas inutile. «Même si je suis étonnée que nous parlions encore de prise de conscience. Cela vient qu’une large part de la population méconnaît encore les zones humides, des populations urbaines, déconnectées de la nature» assure Barbara Pompili.

Lire la suite dans la version papier du 10 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
46,7 millions
Dans une publication, Agreste annonce que d’après les estimations établies le 11 octobre, la production viticole s’élèverait en 2018 à 46,7 millions d’hectolitres. Elle serait donc supérieure de 27 % à la production de 2017, et de 6 % à la moyenne quinquennale. La production nationale a été revue à la hausse par rapport aux prévisions du mois d’août qui établissaient la récolte à 46,1 Mhl.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui