Offres d’abonnement
edition de l'Agriculteur Charentais
Abonnez-vous au journal l'Agriculteur Charentais et à l’une de nos revues spécialisées

- Vous êtes attentif aux évolutions économiques, à l'affût des nouveautés techniques ?
- Vous vous souciez de vos productions, de leurs débouchés et vous cherchez sans cesse à améliorer votre compétitivité ?

Abonnez-vous au journal l'Agriculteur Charentais en profitant d’une offre de couplage avantageuse avec une de nos revues nationales spécialisées par filières.

Vous bénéficierez ainsi d'une source d’information correspondant à votre métier complétée par une source d’information de proximité. Un duo gagnant pour vous informer, vous conseiller et vous aider à faire les bons choix pour gérer au mieux votre exploitation. Avec cet abonnement couplé, vous aurez tout pour réussir !

Choisissez votre formule d’abonnement
OFFRE COUPLÉE*
l'Agriculteur Charentais : 50 n°/an
+ 1 revue spécialisée au choix

OFFRE SOLO*
Votre journal départemental seul
l'Agriculteur Charentais : 50 n°/an

*Pour l'étranger ou pour plusieurs revues, merci de contacter directement le service abonnement

Choisissez votre revue spécialisée
  • La couverture de la revue Réussir Aviculture n°233 du mois de janvier
  • La couverture de la revue Réussir bovins viande n°256 du mois de février
  • La couverture de la revue Réussir Grandes Cultures n°320 du mois de janvier
  • La couverture de la revue Réussir lait n°321 du mois de février
  • La couverture de la revue Réussir porc n°256 du mois de février
  • La couverture de la revue Réussir vigne n°248 du mois de février
  • La couverture de la revue Pâtre n°651 du mois de février
  • La couverture de la revue La chèvre n°344 du mois de Janvier-février
  • La couverture de la revue Réussir fruits et légumes n°373 du mois de juin
  • Terres de Cognac
Votre choix
148.00 € TTC/an
Offre non couplée : l'Agriculteur Charentais
Durée : 1 an

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.