L'Agriculteur Charentais 12 décembre 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Rencontre : La conférence agricole met le couvert… mais ne parle pas des plats

Matinée annuelle d’échanges entre le monde agricole et le Conseil général. Hors des sentiers battus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Konrad Schreiber
Konrad Schreiber - © AC

Pour qui s’attendait à du formel, la «traditionnelle» conférence agricole annuelle a bousculé. Non pas le protocole. Immuable : présentation de la ferme Charente-Maritime, grandeur et servitudes d’une PAC administrée, crises économiques en chaîne ou prévisible, sur fond de météo non clémente. Passage obligé du président de la Chambre. Mais lorsque l’on choisit comme thème l’innovation, peut-être fil rouge de l’année pour la Chambre, faut-il emprunter des chemins inhabituels. Et c’est ce que Konrad Schreiber, agronome à l’institut de l’agriculture durable, lapidaire mais efficace jetait le doute : «un couvert 365 jours par an et vous doublez vos rendements !» Sa proposition, «radicale» «à l’opposé» des pratiques et même de la législation actuelle interroge, heurte, suscite intérêt et demande à être davantage explicité que les 20 minutes de présentation rapide devant un parterre d’agriculteurs, éleveurs et céréaliers. Pilier de la démonstration, la photosynthèse : il n’existe nulle part dans la nature un «sol nu», pourtant pratique agricole. Et pas question de simplement focaliser sur les ruissellements ou l’approfondissement des sols. Ce ne sont que des constats. D’aplomb, carré, preuves à l’appui, Konrad Schreiber, ancien éleveur, plonge dans l’agro-écologie pragmatique. Il décoiffe : l’agriculture peut utiliser du carbone fondé sur la vie et la fertilité du sol, «productive, capable d’améliorer les ressources, notamment la réserve utile en eau, grâce à une augmentation significative de la matière organique.» Son modèle : la forêt.

Lire la suite dans notre édition du 12 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».