L'Agriculteur Charentais 26 juin 2014 à 10h28 | Par Bernard Aumailley

Les pronostics de récolte vont bon train bonnes, très bonnes ou moyennes

A quelques jours des récoltes de céréales et d'oléagineux, comment se présentent-elles ? Les derniers jours chauds ont-ils été bénéfiques ?

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les premières orges battues et les supputations vont bon train. Bons augures? Rien n'est calé tant que la benne n'est pas dans le silo. Là on verra. Aucun technicien cultures de coopérative, de négoce ou d'institut ne s'aventure à pronostiquer au-delà du raisonnable.Sur un plan général, sur cette campagne qui s'achève, la France devrait exporter 12 Mt de blé tendre vers les pays tiers contre 9,9 Mt au cours de la campagne précédente (+21,1 %). C'est l'estimation de FranceAgriMer à l'issue de son conseil spécialisé des céréales à la mi-juin. Malgré la concurrence des blés de la zone mer Noire, les chargements au départ des ports français sont restés soutenus depuis le mois de décembre. Début juin, les exportations vers l'Algérie, le premier débouché des blés français à destination des pays tiers, étaient en augmentation de 30% avec 5,3 Mt contre à peine 4 Mt l'an passé à la même date. Plus généralement, fait remarquer FranceAgriMer, les volumes expédiés vers le Maghreb ont progressé de 28% (7 Mt). Dans ce contexte, le stock de report du blé tendre est révisé à la baisse, passant entre les mois de mai et de juin de 3,075 Mt à 2,791 Mt. La prévision de stock de report de maïs est également abaissée à 2,849 Mt, en raison notamment d'une révision à la hausse des incorporations en alimentation animale : 3,6 Mt, contre 3,5 Mt prévues en mai. Le stock d'orges est stable à 1,588 Mt alors que celui du blé dur est quasiment nul (9 000 t).Quid de la prochaine campagne 2014/15? En France, les moissonneuses batteuses ont fait leur entrée dans les champs d'orges avec quelques jours d'avance. «Globalement, le potentiel est bon», a affirmé Maggy Muckensturm, chef de projet Céré'Obs, l'observatoire de l'état des cultures mis en place par FranceAgriMer. «Dans de nombreuses régions, on fera mieux que la moyenne des cinq dernières années», a renchéri Rémi Haquin, président du Conseil spécialisé céréales. Mais plusieurs interrogations persistent. Les déficits hydriques et les températures «échaudantes» de ces jours-ci s'ajoutant à des problèmes de structure de sols consécutifs à la quasi absence de gel hivernal font craindre des chutes de rendements dans l'Est de la France, pas forcément sous nos latitudes. Les épisodes de grêle sont toujours à craindre les cultures. On attendait plutôt des pluies pour cette fin de semaine, retardant ainsi les chantiers.

Lire l'avis sur les prochaines récoltes dans notre édition du 27 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui